Archive pour juin 2012

Chœur et orgue 2012

Une belle et intense rencontre musicale à Mirepoix

Le dimanche 17 juin 2012, Viva Voce donnait un concert dans l’impressionnante nef de la cathédrale de Mirepoix. Invité par l’Association des Amis de l’Orgue, l’ensemble vocal avait tout naturellement choisi un  programme avec orgue. Et c’est avec Stéphane Bois à la console de l’instrument que s’est déroulé ce programme ambitieux et attrayant.

L’orgue historique de Mirepoix, (achevé en 1891), chef d’œuvre du facteur allemand Link, est un instrument unique en France par son esthétique romantique  et par son importance.  Derrière son buffet néo-gothique, se cachent 40 jeux répartis sur trois claviers et un pédalier, et offrant des sonorités d’une finesse et d’une variété extrêmes, que Stéphane Bois, titulaire et grand familier de l’instrument, a su magnifier tout au long de la soirée.

Cette  rencontre avec un musicien de ce talent et de cette sensibilité musicale ne pouvait  qu’amener le chœur à se transcender et  donner le meilleur de lui-même.

Le choix du programme, établi  en étroite harmonie avec Stéphane Bois, rendait hommage dans une première partie à la musique romantique allemande : Félix Mendelssohn (1809-1847) tout d’abord, avec sa belle et redoutable quatrième sonate pour orgue, et les trois motets pour chœur de femmes et orgue. Nous avions pris le parti avec Stéphane, d’alterner les mouvements de la sonate et les motets, dont les tonalités s’accordaient à merveille. On put donc entendre successivement l’  « allegro con brio » de la sonate, puis le motet du temps de l’Avent « Veni, Domine » ; l’ « andante religioso » précédait le « Laudate pueri Dominum » ; l’ « allegretto » lui succédait, avant le motet pour le temps pascal « Surrexit pastor bonus ». Ce fut ensuite le psaume 13 de Johannes Brahms (1833-1897), à l’écriture très imprégné des grands maîtres de la polyphonie , et d’une grande tension vocale.

Ce volet romantique allemand était suivi par de la musique française : l’Improvisation  pour orgue n°7 (op.150) de Camille Saint-Saëns mettait encore en exergue la virtuosité et l’exigence musicale de Stéphane Bois, et les ressources inépuisables de l’instrument.

Et le concert se concluait par la « Messe Brève en l’honneur de Sainte Anne » pour trois voix égales avec accompagnement d’orgue, de Guy Ropartz (1864-1955). Une œuvre d’une grande intensité et d’une profondeur qui ont véritablement touché le public.

De cette expérience musicale et humaine, Viva Voce retiendra aussi la communion qui a su s’établir entre les interprètes, au service d’œuvres peu connues mais d’une richesse inégalée. La collaboration a été des plus féconde avec Stéphane Bois, qui a su  mettre son expérience, son talent et sa gentillesse au diapason du chœur et de son chef, et les emmener vers le meilleur, dans une atmosphère de confiance et d’échange fructueux. Qu’il en soit vivement remercié.

Cette expérience ne restera pas sans suite, puisque un projet imminent les réunira dans les semaines à venir, pour la création d’une pièce écrite par Jean-Luc Defontaine : « Diane et Séléné ».

L'orgue Link de la cathédrale de Mirepoix

L'envers du décors: A quelques minutes du début du concert, Stéphane Bois accorde l'instrument.